Un paiement par carte bleue est-il sécurisé ?

Une étude sur l'e-commerce indique que 78 % des Français effectuent des achats à distance, 85 % paient par carte bleue et 96 % des acheteurs sont satisfaits. Ces chiffres confirment l'essor du commerce en ligne. Néanmoins, le revers de la médaille est considérable. Les victimes de la cybercriminalité atteignent 13,7 millions. Il est alors important d'adopter des mesures préventives pour éviter les arnaques.


La sécurisation des paiements par carte bleue

La carte bleue constitue le mode de paiement le plus utilisé et le mieux sécurisé dans la mesure où les règles de sécurité sont respectées. Pour le renforcement de la sécurité, les cyberacheteurs ont l'obligation de vérifier l'authenticité de chaque site e-commerce avant toute commande. De plus, la conservation des mails de confirmation de commande, les captures d'écran à chaque étape, la vérification des relevés bancaire, la mise à jour des systèmes de protection de l'ordinateur représentent les mesures de prévention contre les préjudices de l'internet.


Les mesures à adopter restent également les mêmes pour les e-commerçants. Afin de garantir la sécurité des transactions, les e-marchands ont le devoir de respecter les règles du contrat qui régissent le canal de paiement. De plus, les équipements utilisés sont impérativement « agréé CB » pour atteindre le niveau d'exigence en matière de garantie requis par CB (groupement d'intérêt économique constitué par la majorité des établissements financiers français). Pour cela, les banques CB ou les revendeurs disposent d'offres de terminaux et de matériaux agréés.


Les risques encourus

Les cyberconsommateurs s'exposent aux risques incontournables de l'internet. En effet, les sites frauduleux sont encore en masse dans le web. De plus, le piratage demeure la principale occupation du « mauvais hacker ». Certains d'entre eux s'approprient les identifiants des banques par écoute téléphonique ou par vol des fichiers clients sur le serveur du site e-commerce. Les cybercriminels se servent des logiciels espions du type « Keylogger » pour arriver à leur fin.


Les pages proposent même des produits interdits à la vente en France. D'autant plus que l'authenticité des marchandises reste douteuse. Les cyberconsommateurs sont confrontés à des produits de qualité incertains et des contrefaçons. De plus, l'acquisition de produit étranger semble plus onéreuse en raison des douanes. D'ailleurs, pour éviter les livraisons intercontinentales, certaines entreprises ont mis en place une barrière qui interdit l'achat dans un autre pays.


Ce qu'il faut faire

Pour la garantie d'un achat règlementé, les consommateurs doivent s'armer de vigilance. De plus, les sites les plus conseillés sont les sites sécurisés comportant le symbole du cadenas dans la barre d'adresse. Cette icône est le signe de la sécurisation de la connexion. En cliquant sur le symbole, le propriétaire du site s'affiche. Le consommateur doit régler le navigateur au mode navigation privée pour empêcher la mémorisation des préférences du client.


Le recours au service de sociétés spécialisées au paiement en ligne offre plus de sécurité aux clients comme aux commerçants. Oyst propose la solution « FreePay » au commerçant en ligne, le premier système de paiement sans aucuns frais de transaction. Pour les clients, elle propose le « 1-Click » qui offre un achat simplifié en un seul clic.


Oyst, c'est un bouton unique chez tous les e-marchands, qui permet d'acheter sans login ni mot de passe, sans saisie d'informations de livraison, sans saisie de coordonnées bancaires, et ce, avec les préférences pré-remplies (taille, couleur, etc.).